1. CONTEXTE

Le Président de la République, Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, dans sa logique constante d’explorer les voies et les moyens possibles de sortie de crise, a rencontré les opérateurs économiques le 2 avril 2017 pour évoquer avec eux la situation. Après un état des lieux des maux qui entravent l’essor du secteur privé et la nécessité de sa dynamisation pour opérer une relance de l’économie nationale, le Chef de l’État a affirmé le rôle du secteur privé dans l’évolution du pays et la disponibilité de l’état à le soutenir. Cette déclaration du Président, a encouragé les opérateurs économiques à travers la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture, des Mines et d’Artisanat (CCIAMA) à répondre à son appel. Ils ont ainsi pris l’initiative d’organiser une Semaine nationale pour réfléchir et déterminer leur contribution à la relance de l’économie.

2. JUSTIFICATIONS DE L’INITATIVE

Le secteur privé est atteint de plein fouet par la crise consécutive à la baisse de la commande publique de l’état. La conséquence de cette situation a obligé le secteur privé à la cessation des activités dans plusieurs secteurs économiques. L’onde de choc a entrainé des répercussions importantes sur les importations des biens et services , ainsi qu’une baisse du crédit à l’économie de 2,7%. Cette crise révèle la faiblesse de l’économie tchadienne et surtout du secteur privé qui ne bénéficie pas traditionnellement d’un soutien particulier de l’état.

La CCIAMA a mobilisé les acteurs du secteur privé afin de mener une réflexion de fond avec les pouvoirs publics, à travers un forum intitulé : « Semaine nationale de réflexion sur la contribution du secteur privé à la relance économique ».

3. APPUI DU GOUVERNEMENT

Son Excellence le Président de la République a donné son accord pour l’organisation de la semaine et a insisté sur la participation des membres du gouvernement. Les membres du gouvernement et les techniciens des ministères concernés seront présents dans toutes les activités ; ce qui augure favorablement des mesures que le gouvernement compte prendre pour placer le secteur privé dans une nouvelle perspective.

4. LE CONCEPT DE LA SEMAINE

Le défi est de ne pas faire de la Semaine une répétition des constatations et des analyses déjà connues, dites et redites sur le secteur privé. Des analyses existent et qui ont bien recensé les obstacles au développement du secteur privé. Une panoplie de documentation riche sur le secteur privé au Tchad est disponible et publique. L’examen de cette documentation met en exergue les obstacles au développement du secteur privé au Tchad telles que l’insuffisance des infrastructures physiques, la corruption ou encore la faible concertation Public-Privé.

Cette semaine va permettre aux opérateurs d’analyser la situation et de proposer les actions. L’implication du Gouvernement va permettre de déboucher sur des mesures à prendre et la mise en place d’un mécanisme de suivi et d’évaluation permanent des actions et de leur application. En effet, Le Gouvernement, dans le Plan National de Développement (PND) 2016-2021, a planifié de booster l’investissement privé pour relancer la croissance.

5. OBJECTIF DE LA SEMAINE

L’objectif de la semaine est de permettre au Tchad d’être « un pays dans lequel les entreprises ont envie de faire des affaires » en adoptant un plan d’actions du secteur privé et en spécifiant les mesures attendues du Gouvernement.

6. RÉSULTATS ATTENDUS

En favorisant l’investissement et l’épanouissement du secteur privé, les participants s’attendent à :

  1. L’adoption d’un cadre de « Facilité à faire des affaires au Tchad» en facilitant l’investissement privé et en favorisant le dialogue entre tous les acteurs et en réalisant un reporting annuel transparent des progrès.
  2. L’engagement des entreprises à améliorer leur gestion et à renforcer leur professionnalisme.
  3. Une opinion tchadienne qui reconnaît à sa juste valeur et soutient le secteur privé dans son rôle moteur de création des richesses et d’emploi.